Intelligence Essay

Tout d’abord, nous allons tenter de déterminer les caractéristiques que montrent les êtres vivants possédants des capacités intellectuelles. Pour ce faire, il est important de préciser que beaucoup d’autres caractéristiques existent mais qu’elles n’ont pas encore toutes été mises en évidences officiellement dû à la difficulté de définir l’intelligence. Ces caractéristiques que nous allons citer ont fasciné les scientifiques et philosophes de toutes époques et ont contribué tout d’abord à placer l’homme en haut d’une hiérarchie intellectuelle des espèces animales. En effet, le premier caractère très observé chez les humains qui est un atout par rapport aux autres animaux a été la main pour utiliser n’importe quel type d’outils que ce soit. Cela a été lié à l’intelligence, car la manipulation de n’importe quel objet requiert une coordination bilatérale* des mains qui semble être un processus complexe lié aux capacités intellectuelles. De plus, l’outils est un objet détaché de l’environnement qui peut nous servir à modifier un autre objet. Dans un premier temps, nous savons que l’homme possède un organe sensible particulier appelé la main qui lui est essentielle afin de pouvoir attraper ou encore manipuler des objets. Cet élément du corps humain a longtemps été considéré comme étant: “l’outils des outils” et donc un critère d’intelligence majeur.

Dans un de ses écrits, le philosophe Grec Aristote partage sa vision de l’intelligence par rapport à la main: “Ce n’est pas parce qu’il a des mains que l’homme est le plus intelligent des êtres, mais c’est parce qu’il est le plus intelligent qu’il a des mains. En effet, l’être le plus intelligent est celui qui est capable de manipuler le plus grand nombre d’outils: or la main ne semble pas être un outil mais plusieurs. Car elle est pour ainsi dire, un outil qui tient lieu des autres.”.

Il stipule d’abord que la main de l’homme a une dimension anticipée car ce serait la nature qui aurait donné la main à l’homme étant donné qu’il est le plus intelligent. Ce phénomène anticipé qu’est l’utilisation précise de la main à des fins multiples grâce aux pouces opposables aux autres doigts ne se trouvant pas souvent chez d’autres espèces animales autres que chez l’homme. Cela lui fournit un avantage en terme d’anatomie et donc de capacités d’utilisation de ces outils, mais en particulier l’auteur veut mettre en évidence le fait que la main n’est pas la cause de l’intelligence.

En effet, selon Aristote, la main est une finalité de l’intelligence. En effet, cet organe qui n’a aucune fonction spécifique par rapport aux autres organes du corps humain ne peut pas être utilisé correctement sans l’intelligence qui passe par la maîtrise de la coordination bilatérale des mains afin d’effectuer une action qui peut être précise. [croyances surnaturelles?]

Ensuite, il rejoint l’idée émise quelques lignes plus haut stipulant le fait que la main est souvent définie comme: “l’outil des outils” du fait que sa structure lui permet d’agripper un large panel d’outils. On observe donc ici, le fait que l’intelligence a conduit à l’utilisation et le développement des capacités de manipulation d’outils, partagés avec l’apparition de la bipédie permanente dont est pourvu l’homme. Dans l’évolution, cette bipédie fait débat. En effet, certains scientifiques comme Darwin suggèrent que: “les mains humaines sont occupées par l’outil et pas par les déplacements dans les arbres”. À l’inverse, d’autres scientifiques proposent que: “ c’est la bipédie qui aurait libéré la main de ses fonctions de locomotion arboricole pour lui octroyer la possibilité de manipuler des objets et de fabriquer des outils”. Aujourd’hui, ces visions de la bipédie montrent néanmoins qu’elle est impliquée dans la libération de la main pour la manipulation d’outils et, par expansion, au développement du cerveau humain et du langage complexe.

La main est donc un élément important de la morphologie humaine en ce qui concerne la manipulation des objets avec une certaine précision, dans la fabrication des outils également, et donc de l’intelligence. En outre la main permet de développer de nouvelles techniques et de nouveaux outils. [...]

Ces nouveautés, que l’on appelle les innovations techniques vont permettre, bien souvent, de modifier l’environnement et d’apporter du confort au lieu de vie ou tout simplement de répondre à un besoin vital. Dans de nombreuses autres définitions de l’intelligence, le rôle des innovations sont prépondérantes. En effet, si un individu réalise une innovation, cela veut dire qu’il a des capacités intellectuelles suffisantes pour imaginer une conséquence et chercher les causes de celles-ci qui vont le mener à faire une action. Or, le médecin et philosophe français Georges Canguilhem dans La connaissance de la vie souligne que: “l’homme est en continuité avec la vie par la technique”. Ce qui est vrai dans un sens car [...]

Ensuite, considérons que l’homme est plus intelligent qu’une fourmi car il sait utiliser et fabriquer un ordinateur. Néanmoins, la fourmi sait se repérer dans l’espace beaucoup mieux que l’homme. Alors existe t-il une ou des intelligences?

Tout d’abord, des travaux réalisés par le psychologue du développement Howard Gardner montrent qu’il existe, sept sortes d’intelligence correspondant toutes à des capacités. D’après sa théorie, il existe l’intelligence logico-mathématique, linguistique, intrapersonnelle, interpersonnelle, spatiale, musicale, ainsi que kinesthésique. Il émettra deux autres types d’intelligence vers 1995 qui sont les intelligences naturalistes (définie comme la sensibilité à des caractères géologiques) et l’intelligence existentielle (définie comme la sensibilité aux grandes questions). Chacune des ces intelligences, chez un individu, peut plus ou moins se développer en fonction des expériences vécues de la personne. Ainsi, un homme peut avoir une intelligence logico-mathématique développée mais une intelligence spatiale qu’il ne sollicite pas assez pour pouvoir facilement se repérer dans un espace donné. Ces intelligence dépendent presque entièrement de l’environnement dans lequel cet individu a évolué.

How to cite this essay: